étuver


étuver

étuver [ etyve ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1384; estuver « baigner dans l'eau chaude » XIIe; de étuve
1Faire passer à l'étuve (2o). désinfecter, stériliser; déshydrater, dessécher, sécher.
2Cuire à l'étuvée. Étuver des pigeons.

étuver verbe transitif Sécher ou chauffer quelque chose dans une étuve. Pratiquer l'étuvage. Faire cuire à l'étuvée.

étuver
v. tr. Mettre à l'étuve (sens 2); chauffer ou sécher dans une étuve. étuver des bois.
|| Faire cuire les aliments en vase clos, dans leur vapeur.

⇒ÉTUVER, verbe trans.
A.— Vieilli. Baigner dans de l'eau chaude. Quand on les a baignés [des enfants], étuvés, épongés soi-même (BALZAC, Mém. jeunes mar., 1842, p. 331).
P. anal., MÉD. Étuver une plaie, une contusion. On baignera et étuvera l'intérieur de la bouche avec du lait tiède (GEOFFROY, Méd. prat., 1800, p. 540).
B.— Faire passer à l'étuve. Étuver les vêtements d'un malade, des instruments de chirurgie; étuver des bois, des peaux de mouton.
C.— Cuire à l'étuvée. Épluchez deux cent cinquante grammes de crevettes roses, les étuver au beurre en ajoutant un peu de poivre (Gdes heures cuis. fr., F. Point, 1955, p. 204) :
... Françoise, commandant aux forces de la nature devenues ses aides, comme dans les féeries où les géants se font engager comme cuisiniers, frappait la houille, donnait à la vapeur des pommes de terre à étuver et faisait finir à point par le feu les chefs-d'œuvre culinaires d'abord préparés dans des récipients de céramistes...
PROUST, Swann, 1913, p. 120.
Rem. On rencontre ds la docum. étuverie, subst. fém. Action de s'étuver. Les baignades, parfumeries, étuveries de son Altesse reprirent donc leur cours (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 189).
Prononc. et Orth. :[etyve], (il) étuve [ety:v]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1181-90 estuver « baigner à l'eau chaude » (CH. DE TROYES, Perceval, éd. W. Roach, 9174); 1384 « sécher à l'étuve » (ESPINAS, Draperie, P. J. 39, § 1, p. 943 ds DE POERCK t. 2, 404, p. 85); [ca 1393 prob. « ébouillanter » (Ménagier, II, 134 ds T.-L.)]; 4e quart XIVe s. poules farcies a l'estuvee (TAILLEVENT, Viandier, éd. J. Pichon et G. Vicaire, p. 67); 1530 « faire cuire à l'étouffée » (PALSGR., p. 735). Dénominatif de étuve; dés. -er. Fréq. abs. littér. :4.
DÉR. 1. Étuvage, subst. masc. Action de soumettre une substance à la chaleur d'une étuve. Étuvage des biscuits, des pastilles, des peaux de mouton, du linge. On peut aussi préparer le contreplaqué, par étuvage à la vapeur (...) et le cintrer comme le bois massif (CAMPREDON, Bois, 1948, p. 137). Rem. La plupart des dict. gén. enregistrent étuvement, subst. masc. Spéc., méd. Action d'étuver. ,,Étuvement d'une plaie`` (LITTRÉ). []. Non admis ds Ac. 1re attest. 1874 (Réponse aux questions de l'enquête sur le monopole des tabacs et des poudres, p. 236 ds LITTRÉ Suppl.); du rad. de étuver, suff. -age. 2. Étuveur, euse, subst. a) Vx. Personne qui tient un établissement de bains. Le règlement du métier d'étuveur spécifie, en 1268, que la porte des bains doit être interdite non seulement aux malades, mais aussi à tous les gens de mauvaises mœurs, hommes ou femmes (FARAL, Vie temps st Louis, 1942, p. 193). b) Appareil servant à cuire des tubercules pour l'alimentation du bétail. Cf. Qq. aspects équip. agric., 1951, p. 9. Rem. On rencontre ds la docum. étuviste, subst. (cf. supra 2 a). À quelques pas d'un étuviste où se faisaient les plus gaies orgies nobles du seizième siècle, des bouquetières offraient des fleurs (HUGO, Actes et par., 4, 1885, p. 306). [], fém. [-ø:z]. Non admis ds Ac. 1re attest. 1260 estuveurs « propriétaire d'un établissement de bains » (E. BOILEAU, Métiers, 188 ds T.-L.); du rad. de étuver, suff. -eur2. Fréq. abs. littér. : 4.
BBG. — DUB. Dér. 1962, p. 30 (s.v. étuvage).

étuver [etyve] v. tr.
ÉTYM. V. 1175, estuver, v. intr.; de étuve.
1 Vx. Baigner (qqn) dans l'eau chaude.Pron. || S'étuver : se baigner.
1 Allez (…) vous étuver, vous nettoyer (…)
Rabelais, le Quart Livre, LXVII.
2 Il (Archimède) en oubliait le boire et le manger et le reste du traitement de sa personne, de sorte que bien souvent ses serviteurs le traînaient par force au bain pour le laver, oindre et étuver.
J. Amyot, Marcellus, 17, in Huguet.
Par anal. || Étuver une plaie, une contusion. Bassiner.
2 (1384). Faire passer à l'étuve (3.). Désinfecter, stériliser; déshydrater, dessécher, sécher. || Étuver les vêtements d'un malade. || Étuver des fruits, les faire sécher (prunes, raisins).
3 (V. 1398). Cuire à l'étuvée. || Étuver des pigeons.
DÉR. Étuvage ou étuvement, étuvée, étuveur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • étuver — (é tu vé) v. a. 1°   Mettre au four ou à l étuve.    Terme de marine. Passer à l étuve des fils de caret ou des bordages. 2°   Terme de cuisine. Faire une étuvée. 3°   Faire une lotion douce (par allusion à la chaleur de l étuve). Étuver une… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ÉTUVER — v. a. Laver en appuyant doucement. Il ne se dit guère qu en parlant D une plaie, d une partie malade. Il faut bien étuver cette plaie. Étuver avec de l eau tiède, avec de l eau de vie, avec du vin. ÉTUVÉ, ÉE. participe …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ÉTUVER — v. tr. Faire passer à l’étuve. étuver des pains de sucre. Par analogie, il signifie, en termes de Médecine, Laver en appuyant doucement. étuver une plaie …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • étuver — vt. (la tétine d une vache...) : étvâ (Alex) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • étuvage — [ etyvaʒ ] n. m. • 1874; de étuver ♦ Action d étuver. On a dit aussi étuvement , 1636 . ● étuvage nom masculin Action d étuver. Traitement d un produit alimentaire dans une enceinte close, à température définie, en présence ou non de vapeur d eau …   Encyclopédie Universelle

  • étuvement — étuvage [ etyvaʒ ] n. m. • 1874; de étuver ♦ Action d étuver. On a dit aussi étuvement , 1636 . étuvage ou étuvement n. m. TECH Action d étuver. étuvage [etyvaʒ] ou étuvement [etyvmɑ̃] n. m …   Encyclopédie Universelle

  • étuvée — [ etyve ] n. f. • fin XIVe; de étuver ♦ Loc. adv. À L ÉTUVÉE : cuit en vase clos, à la vapeur. ⇒ étouffée (à l ). Petits pois à l étuvée. « Pas de viandes rôties. Tout est cuit à l étuvée » (Baudelaire). Par méton. Mets ainsi préparé. Une étuvée… …   Encyclopédie Universelle

  • étuveur — [ etyvɶr ] n. m. et étuveuse [ etyvøz ] n. f. • 1923; « propriétaire d un établissement de bains » 1260; de étuver ♦ Techn. Appareil, chaudière, four à étuver. étuveur, euse [etyvœʀ, øz] n. ÉTYM. 1260, estuveur; de étuver. ❖ 1 N. m. Vx …   Encyclopédie Universelle

  • Shoronpo — Xiaolongbao/Shoronpo dans leur panier à étuver Un shoronpo (japonais), mandarin : xiǎolóngbāo (小笼包) est un hâchis de viande (parfois de légumes) emballé dans une pâte du même type que celle utilisée pour les nouilles et cuit à la vapeur. Les …   Wikipédia en Français

  • Cuisine de la pomme de terre — Pommes de terre cuites de différentes façons. La cuisine de la pomme de terre, tubercule consommé depuis plus de 8 000 ans, ne s’est véritablement développée qu’après le XVIe& …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.